Menu

Concert de Jean Leloup @ Métropolis

Lorsque je suis arrivé à Montréal, j’entendais toujours la même chanson à la radio en magasinant (en faisant du shopping). Je ne savais pas quel était le titre ni même l’artiste mais j’aimais bien la ritournelle du refrain “ et je cry baby ouh, à Paradis City… ”.
En Décembre en allumant la radio chez nous, revoilà cette chanson. L’animatrice annonça que Jean Leloup était en concert au Métropolis de Montréal et que par chance de nouveaux billets étaient à vendre alors que ça affichait sold out. Elle défend très bien le spectacle en le qualifiant de concert à “ ne rater sous aucun prétexte ”. Sans réfléchir je décide de prendre deux places pour ce fameux concert. J’en profite également pour acheter l’album “ Paradis City ”, son huitième album studio. pour lequel il a reçu cinq prix Felix pour cet album (équivalent de nos victoires de la musique en France) dont le prix de l’album rock de l’année, et le Graal : le prix de l’album de l’année 2015.

Après un an de tournée, la salle du Métropolis le Mercredi 17 Février 2016 était pleine à craquer. Lorsque la musique démarre et que le rideau se lève, le public est enchanté. On découvre l’orchestre : un batteur, un clavieriste, un quartet à cordes et un bassiste qui passera très vite à la contre-basse. Jean Leloup apparaît en haut d’un escalier sur scène, guitare et chapeau aux bords immenses – une aura se dégage de sa personne. Il est heureux d’être là et le public le lui rend bien.

Pas le temps pour du blabla, un simple “ bonsoir ” suffira pour ouvrir le concert. Toutes les chansons, pardon, tous les succès s’enchaînent, le public danse sur toutes les tounes (titres) et reprend en chœur les refrains. À l’occasion du grand retour de Jean Leloup après six ans d’absence, les titres sont réarrangés pour matcher avec le quartet à cordes présent : c’est grand ! Les arrangements sont bien trouvés, cela permet même d’oublier que par moment avec l’énergie du live la voix est à la limite de la justesse. L’ambiance est électrique. Après une heure et demi de concert et un entracte, le public est toujours aussi présent et hystérique. Pour calmer le jeu en rappel il nous offrira un long medley de ses succès en guitare / voix, en référence à son autre tournée en cours : “ Le Fantôme de Paradis City ”, un concert où il est seul en scène avec sa guitare. Tous les gens dans la salle connaissent les chansons, à chaque début d’accords de guitare une vague d’applaudissement se fait entendre, puis tout le monde chante. C’est beau et impressionnant. Cela me laisse rêveur. Je suis venu à Montréal pour faire de la musique et réussir dans ce milieu difficile; ce concert m’a redonné la pêche et un coup de pied au derrière pour me (re)motiver à poursuivre mon rêve. Merci John The Wolf.

M
M
M